La recherche

Arianna Cecconi est une anthropologue culturelle, et Tuia Cherici une vidéaste et performeuse. Elles sont toutes les deux italiennes et résidantes à Marseille. Fortes d’une amitié et d’une inspiration mutuelle qui les unissent depuis presque vingt ans, elles combinent leurs démarches respectives autour d’un travail de recherche autour des rêves nocturnes.

Le projet « Oniroscope » se propose d’explorer les histoires, l’imaginaire, les perceptions, les pratiques et les cultures relatives au rêve dans divers contextes sociaux, tout en impliquant les  communautés et les territoires dans la découverte, la transmission et le partage de ce patrimoine.

L’approche ethnographique permet, d’une part, de faire émerger les contenus oniriques d’une communauté, avecses aspects communs et ses différences, (culture, origines, genre, âge, profession, religion etc.). La pratique artistique, d’autre part, en explore les formes, les perceptions, la puissance expressive, en suivant de nouvelles formes de transmission, ainsi que des instruments d’expressions appropriés pour les partager.

Le mélange des deux approches est lui même objet d’expérimentations et d’analyses. Les données qui émergent de ce projet présentent ce double volet et offrent deux trajectoires de réflexion complémentaires.

Un des objectifs du  projet consiste d’abord à créer des occasions d’échanges sociaux autour du rêve. Ils peuvent se réaliser grâce à une enquête  ethnographique sur le terrain, par la mise en place d’ateliers multidisciplinaires, par l’organisation d’expériences publiques participatives, par l’organisation de journées d’études et d’expositions in situ des résultats.

Un autre objectif important, est de réaliser, à travers l’élaboration et l’analyse des donnés recueillis, une archive multiculturelle et multidisciplinaire des rêves, en tant que patrimoine imaginaire collectif d’un territoire donné. La forme de cet archive, qui est à présent nomade et itinérante, change en fonction du lieu et du public qui l’accueille.Elle offre en même temps l’occasion d’explorer l’imaginaire et les cultures du rêve d’ailleurs en créant de nouveaux contenus, récits et images qui enrichissent sa collection.

Le matériel recueilli depuis 2010 jusqu’à aujourd’hui, par phases et territoires différents, se compose  de documents multimédia, de transcriptions et enregistrement de rêves et entretiens, d’élaborations multimédia et plastiques des résultats  d’ateliers,  de Tuia Cherici inspirés par l’analyse des donnés mené par Arianna Cecconi, et encore de tout un attirail d’objets recueillis et assemblés par les groupes de rêveurs qui ont participés aux explorations de l’Oniroscope.

Publicités